Rubriques

Quels indicateurs pour mesurer la capacité de l’entreprise à agir dans l’intérêt des générations suivantes ?

15 mai 2014 – Auditorium du Monde

PROGRAMME

« On connaît le prix de tout et la valeur de rien », jamais la célèbre maxime d’Oscar Wilde n’a semblé aussi vraie qu’aujourd’hui.

Quand Facebook rachète la start up Instagram un milliard de dollars, seuls douze salariés y travaillent pour un chiffre d’affaires parfaitement vierge. Quelques mois plus tard, le réseau social fait exploser les compteurs en payant 19 milliards de dollars pour WhatsApp, une application mobile qui compte 55 salariés. Devant le vertige de ces chiffres, on peut se demander quels indicateurs ont été utilisés pour parvenir à de telles valorisations. On pourrait aussi souhaiter que la création de richesses prenne plus en compte l’utilité sociale, l’intérêt général et l’intérêt des générations suivantes. De nombreuses tentatives existent pour trouver des alternatives au PIB, qui ne mesure qu’un type de richesse et ne correspond plus aux besoins de mesure d’un monde traversé par une crise des ressources. C’est notamment dans cette perspective que le Mouvement pour une économie positive développe l’Indice de positivité de l’économie. Il existe par ailleurs des modèles économiques innovants qui non seulement servent l’intérêt général mais prennent également en compte de nouveaux indicateurs pour mesurer leur efficience. C’est le cas de la Responsabilité Elargie des Producteurs (REP). Ce principe a permis d’élargir le champ de responsabilité des entreprises à la gestion de l’impact environnemental généré par la consommation de leurs produits. Ce principe ne pourrait-il pas être étendu à d’autres secteurs ? Dans ces secteurs identifiés, quels indicateurs seraient les plus à même de mesurer la capacité des entreprises à agir pour l’intérêt général et contribuer ainsi à l’économie positive ?

8h00 :
Petit déjeuner d’accueil

8h30 – 9h00 :
Introduction par Jacques Attali, Président du Positive Economy Forum

9h00 – 10h30 :
Présentation des conclusions du Positive Lab organisé en partenariat avec Eco-Emballages

Cette réflexion pilotée par Eric Brac de La Perrière, Directeur Général d’Eco-Emballages, et animée par Vincent Edin, journaliste indépendant, réunira :

  • Cédric Baecher, Directeur associé de Nomadéis – Cabinet de conseil indépendant, spécialisé en   environnement, développement durable et coopération internationale & Rapporteur Général de l’Indice de positivité de l’économie
  • Marc Blanchard, Directeur Général, Max Havelaar France
  • Pierre Calame, Président honoraire, Fondation Charles Léopold Mayer
  • Bernard Devert, Fondateur, Habitat et Humanisme et prêtre
  • Hélène Valade, Directrice du développement durable, Suez Environnement

Jean-Marc Buteux, Directeur du développement durable de Lesieur, Arnaud de Belloy, Président-directeur général, Herta, Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, Vice-Président du Groupe SRC à l’Assemblée nationale & porte-parole du Parti socialiste, Michael Goldman, Président de My Major Company, Nicolas Hazard, Vice-Président du Groupe SOS, Jacques Pelissard, Maire de Lons-le-Saunier & Président de l’Association des Maires de France, Lolita Rubens, Maître de conférences en psychologie sociale et Robert Sebbag, Vice-Président accès au médicament de Sanofi qui ont participé au Positive Lab ne pourront être présents.

Consultez la synthèse de ce Positive Lab ici