Top

Logo Mutualité Française

L’économie sociale et solidaire –et la Mutualité en son sein– est longtemps apparue en France et en Europe comme un secteur à part, à la légitimité incertaine, face au système économique prédominant basé sur la dérégulation et le profit immédiat.

La crise de 2008 a modifié cette approche, conduisant à s’interroger sur d’autres visions de la performance, d’autres temporalités d’action, redonnant une crédibilité aux acteurs de ce secteur économique original. Pour autant, rien n’est gagné dans le secteur de la santé et, plus largement, de la protection sociale, dont le poids des dépenses collectives apparaît, dans nos pays développés, comme un risque pour la compétitivité des entreprises et des Etats.

Pour la Mutualité, acteur de santé depuis près de deux siècles, la santé constitue un facteur déterminant d’une croissance durable. D’autant qu’enjeux nationaux et internationaux s’imbriquent : la santé n’est plus un luxe réservé aux seuls pays riches mais une condition pour les pays moins nantis, notamment émergents, d’asseoir leur développement ; en parallèle, en tant que secteur de connaissances, de techniques et d’industries qui s’exportent, la santé concourt, par ricochet, à la propre croissance économique des pays occidentaux, aujourd’hui confrontés à la récession.

Cette vision de la santé trouve écho dans les réflexions proposées par le Mouvement pour une économie positive. Les objectifs sont communs : responsabilité, durabilité, solidarité.